Accueil ACTUALITE Processus électoral : « Un climat de méfiance risque de s’installer » dixit Joseph...

Processus électoral : « Un climat de méfiance risque de s’installer » dixit Joseph N’singa Udjuu

PARTAGER
Joseph N'singa Udjuu Premier ministre honoraire de la RDC

Il y a 2ans, dans le cadre des entretiens sur son parcours politique, l’ancien Premier Ministre , Ministre de la Justice honoraire et ancien Président du Conseil Judiciaire (de 1986 à 1990), Joseph N’singa Udjuu se prononçait sur l’avenir du processus électoral en République démocratique du Congo. En effet, en mars 2016, sa candidature avait disparu entre les bureaux de la commission électorale nationale et indépendante (CENI) du Mai Ndombe et la centrale électorale de Kinshasa, le disqualifiant ainsi de la course pour les élections de Gouverneur dans la province du Mai Ndombe.

Condamnant l’acte, cet octogénaire qui traine une longue expérience sur la scène politique nationale avait lancé une réflexion qui se révèle encore d’actualité. Pour Joseph N’singa Udjuu « Il est malsain de s’employer à éliminer un candidat en amont, seul les électeurs devront sanctionner les candidats lors du vote et personne d’autre », s’adressant ainsi aux hommes politiques qui présentent dans les médias des scénarios d’inéligibilité pouvant conduire à disqualifier certains de leurs challengers en lieu et place de les attendre sur le terrain électoral.

Joseph N’singa Udjuu tire alors la sonnette d’alarme au cours de cette même année (2016), il réfléchit sur la suite du processus électoral et avertit : « Un climat de méfiance risquerait de s’installer au pays avant , pendant et après les élections entre les acteurs politiques qui s’entre-déchireront , entre la population et les dirigeants et les politiques envers l’appareil judiciaire congolais dans l’optique des contestations et revendications » .

N’singa Udjuu est certain que cette méfiance qui risquerait de régner est un danger pour le processus électoral en cours. A la lecture de la situation actuelle, des signes avant-coureurs tendent à donner raison à ce patriarche de la scène politique nationale affirment certains acteurs politique. Il conseille à la classe politique de bien harmoniser les points de vue et de privilégier l’intérêt général de la population pour un meilleur aboutissement dudit processus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here