Accueil ACTUALITE Cancer du pancréas : Un composé prometteur trouvé. Deux congolais dans l’équipe

Cancer du pancréas : Un composé prometteur trouvé. Deux congolais dans l’équipe

PARTAGER
Cancer du pancréas : Sur la piste d’un composé prometteur. Un congolais dans l’équipe

La nouvelle est tombée depuis quelques semaines dans les colonnes de la revue américaine American Chemical Society (ACS)  puis s’en est suivi un engouement médiatique à travers le monde pour annoncer cette avancée dans la recherche et la lutte contre le cancer du pancréas.

Le mérite revient à une équipe de chercheurs (chimistes) internationaux dirigée par le Professeur Suresh Awale de l’université de Toyama au Japon et une autre par le professeur Gerhard Bringmann l’université de Würzburg en allemagne qui ont identifié un composé provenant d’une plante congolaise qui présente un fort potentiel «anti-austérité», rendant les cellules cancéreuses du pancréas vulnérables aux carences nutritionnelles. Ils rapportent leurs résultats dans le Journal of Natural Products d’ACS .  Ils rapportent leurs résultats dans le Journal of Natural Products d’ACS . Le domaine de la recherche des médicaments pour le traitement du cancer. Un travail de longue haleine dans lequel, on retrouve deux congolais : le Docteur  Dya Fita DIBWE (PhD) et   ainsi que Blaise  KIMBADI LOMBE (Msc) doctorant  à  l’Université de Würzburg en Allemagne tous deux provenant de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) au département de chimie de la facultété des sciences   .

Cancer du pancréas : Sur la piste d’un composé prometteur. Un congolais dans l’équipe

Quelle est la nature de cette découverte, ses atouts et perspectives ?

la revue américaine American Chemical Society (ACS) renseigne que ce composé de vigne de la forêt tropicale prive les cellules cancéreuses du pancréas
« Ancistrolikokine E3, un alcaloïde de 5,8 ‘couplé à la naphtylisoquinoléine, élimine la tolérance des cellules cancéreuses à la nutrition.

Les cellules cancéreuses du pancréas sont connues pour leur capacité à prospérer dans des conditions extrêmes de manque de nutriments et d’oxygène, un trait connu dans le domaine du cancer comme «austérité». La résistance remarquable des cellules à la famine explique en partie pourquoi le cancer du pancréas est si meurtrier. Les chercheurs ont maintenant identifié un composé provenant d’une plante congolaise qui présente un fort potentiel «anti-austérité», rendant les cellules cancéreuses du pancréas vulnérables aux carences nutritionnelles. Ils rapportent leurs résultats dans le Journal of Natural Products d’ACS.

Le cancer du pancréas est l’une des formes de cancer les plus meurtrières, avec un taux de survie à 5 ans inférieur à 5%. Parce que ces cellules cancéreuses prolifèrent de manière si agressive, elles épuisent les nutriments et l’oxygène dans la région de la tumeur. Alors que la plupart des cellules mourraient dans ces conditions extrêmes, les cellules cancéreuses du pancréas survivent en activant une voie de signalisation cellulaire appelée Akt / mTOR. Certains chercheurs testent dans les plantes des composés anti-austérité qui perturbent cette voie. Suresh Awale, Gerhard Bringmann et ses collègues ont précédemment identifié quelques composés alcaloïdes inhabituels présentant un potentiel anti-austérité à partir de vignes trouvées dans la forêt ombrophile congolaise. Maintenant, ils voulaient chercher de nouveaux composés supplémentaires à partir de brindilles de la vigne Ancistrocladus likoko.

L’équipe a extrait les composés de brindilles broyées et les a séparées par chromatographie en phase liquide à haute performance. Ils ont ensuite caractérisé la structure 3D d’un nouveau composé alcaloïde, qu’ils ont appelé ancistrolikokine E3. Les chercheurs ont découvert que ce nouveau composé avait tué les cellules cancéreuses du pancréas dans des conditions de famine, mais pas lorsque les nutriments étaient abondants. Ancistrolikokine E3 a également inhibé la migration et la colonisation des cellules cancéreuses lors des tests de laboratoire, ce qui suggère que le composé pourrait aider à prévenir les métastases chez les patients. Les chercheurs ont montré que le composé agissait en inhibant la voie Akt / mTOR. Selon les chercheurs, le nouvel alcaloïde est un composé prometteur pour le développement de médicaments anticancéreux basé sur la stratégie anti-austérité.

Les auteurs reconnaissent le financement de la Société japonaise pour la promotion de la science, de la Fondation allemande pour la recherche et du Service allemand d’échanges universitaires.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here