Accueil ACTUALITE La campagne électorale 2018: probabilité de tricherie?

La campagne électorale 2018: probabilité de tricherie?

PARTAGER
campagne électoraale sur internet Photo ouest-france.fr

La campagne électorale en république démocratique est régie par des dispositions contenues dans la loi électorale du loi n°17/013 du 24 décembre 2017 modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée le 24 décembre 2017 et la loi portant réglementation des manifestations et des réunions publiques. Mais à l’heure du numérique le législateur congolais n’a pas touché aux aspects des réseaux sociaux et d’internet. Les candidats peuvent en toute impunité continuer de battre campagne à travers la toile.

Débutée le 22 novembre 2018 , la campagne électorale a été clôturée par la commission électorale nationale indépendante (CENI) au 21 décembre à l’exception de la ville province de Kinshasa qui a connu un arrêt prématuré de ladite campagne (pour les candidats Président) par le Gouverneur Kimbuta , une décision qui a été critiquée par les partis d’oppositions tant de la coalition « CACH » , cap pour le changement de Félix Tshisekedi   que de «LAMUKA » qui soutient Martin Fayulu.

Campagne électorale possible jusqu’au jour du scrutin ! Un danger.

Il suffit pour les concernés de sponsoriser les publications de leur campagne à travers les différents réseaux sociaux et plateforme pour échapper aux sanctions prévues par la loi car l’opération n’est traçable que par la personne ou la structure qui gère la campagne digitale des candidats. Et la campagne sur internet peut contribuer sensiblement à renverser ou renforcer les tendances auprès des électeurs et dans l’opinion.

Sur ce terrain , le tout repose sur le bon sens des candidats et des différents partis politiques en course .Ce fut le cas en France lors des élections de 2012, face à la même réalité, le candidat François Hollande avait quant à lui suspendu sa page Facebook pour respecter la période de campagne et celle du vote.

Les candidats congolais pourraient –ils en faire autant dans ce contexte d’après  campagne et à quelques jours du scrutin ? la question posée à plusieurs acteurs politiques en course aux élections de décembre 2018 est restée sans réponse.

Comme sous d’autres cieux , il serait mieux que la RDC se dote de dispositions légales plus explicites concernant la campagne électorale sur internet.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here