Accueil A L'AFFICHE RDC-Belgique : L’expulsion du congolais Junior Masudi Wasso avortée

RDC-Belgique : L’expulsion du congolais Junior Masudi Wasso avortée

PARTAGER
Photo des participants à l'aéroport de Zaventem / Photocrédit @Les éditions OCM

Par JLM

Censé être mis dans un avion ce dimanche 03 octobre pour expulsion, Junior Masudi Wasso est toujours sur le sol belge dans le centre fermé. Une confirmation qu’apporte un des membres du comité de défense de ce dernier, Yves Lodonou de RadioCampus depuis l’aéroport de Zaventem.

« Actuellement on vient d’apprendre qu’il est retourné au centre parce que ce matin il était embarqué de force, ils ont défait son lit, pris son téléphone mais maintenant ils l’ont renvoyé au centre. Mais il y’a encore un vol demain sur Kigali, ils sont capables de le déposer à Kigali puis de le pousser à Goma… Les frais de déportation, les frais du billet et les deux policiers qui accompagnent le cas sont pris en charge par la coopération et développement au Congo, donc ce n’est même pas la Belgique qui sort de l’argent » a ajouté Yves Lodonou.

Yves Lodonou

Rappelons que le vendredi dernier des étudiants et les mouvements associatifs ont porté haut la voix de Junior pour des implications plus percutantes à tous les niveaux tant en Belgique et en République Démocratique du Congo. Ce matin encore, sous la pluie, une mobilisation a eu lieu à l’aéroport pour la même situation.

Présente à la manifestation de l’aéroport, la sœur de Junior Masudi, Nathalie Masudi,  confirme l’avortement de l’expulsion et déclare «  Junior a tout en ordre, il est venu pour étudier, il est dans un état de traumatisme, c’est une situation très difficile à vivre et j’ai envie que cela cesse. Merci pour le pas fait par les autorités du pays mais j’aimerai que la pression soit un peu plus forte de leur côté car il y’a eu conseil des ministres vendredi au pays mais ça ne les a pas empêché d’essayer de l’expulser, ça doit être fort, il faut qu’ils comprennent qu’au Congo, il y’a aussi des politiques qui peuvent dire non quand les choses ne vont pas bien. Je suis déjà ravi de la procédure initiée. Il est rentré au centre, je le confirme ».

Nathalie Masudi

Laetitia Kalimbiriro, mandataire du Parti socialiste en Belgique s’est jointe à cette activité et a marqué sa désapprobation à la démarche du service de l’immigration « Ce n’est pas possible ce qui se passe, il faut un changement dans la politique belge, ce n’est pas acceptable et j’espère que fatshi beton du Congo va démontrer qu’il est béton et va défendre ce dossier, franchement je n’ai pas dormi et en plus il a reçu une équivalence… Je suis en colère… Tant qu’il n’a pas mis ses pieds dehors, ce n’est pas terminé ».

Laetitia Kalimbiriro

Gisèle Mandaila Malamba, femme politique belge d’origine congolaise, membre du DéFI, a également participé « C’est un scandale parce que ce garçon a son visa en bonne et due forme… Il y’a déjà un tri qui se fait au niveau de l’ambassade du Congo et on renvoi les documents ici à l’Office des étrangers et il donne l’ordre, l’ordre a été donné… Il est venu avec un visa long séjour, un visa d’étudiant et il y’a un excès de zèle d’un officier douanier qui estime que ce garçon n’a pas  les aptitudes pour suivre des études universitaires, en vertu de quelle loi ? De quelle circulaire ? Ça n’existe pas ! ».

Gisèle Mandaila

«  C’est juste un problème de statistique électorale que monsieur Sammy Mahdi nous renvoi sur le visage… C’est de l’Africaphobie, du racisme. Alors que le Président de la république demande à la Belgique de revoir le dossier, ce matin on prend Junior pour l’amener à l’aéroport, c’est vraiment un manque de respect vis-à-vis de l’autorité congolaise » a-t-elle rajouté.

« Il faut se mettre à la place de Junior, un jeune qui veut étudier, qui a introduit son dossier, et on le sait, introduire un dossier et obtenir un visa pour étudier c’est fastidieux donc mettons-nous à la place de ce jeune qui était venu pour étudier et qui est maintenant  enfermé au centre fermé  … On doit se mettre à la place de ce jeune et on ne peut pas accepter cela , le monde tourne à l’envers quand on accepte cela ! » a déclaré Isabelle Minnon, participante à cette manifestation.

Isabelle Minnon

Il est prévu selon les informations parvenues à notre rédaction, un sit-in devant le bureau de l’Office des étrangers à 12heures, sur le boulevard  Pachéco au numéro 44 à Bruxelles, en marge des revendications continues sur ce cas de l’immigration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here