Accueil A L'AFFICHE (Communication) UBA : Accompagner la femme sur le chemin de l’autonomisation et...

(Communication) UBA : Accompagner la femme sur le chemin de l’autonomisation et de l’entrepreneuriat

PARTAGER

La Fondation Tony Elumelu (TEF), la principale organisation philanthropique en Afrique engagée dans l’autonomisation des jeunes entrepreneurs africains, a noué un partenariat avec l’Union européenne pour identifier, former, encadrer et financer 2500 jeunes femmes entrepreneurs africaines en 2021. La somme de 20 millions d’euros est prévue en 2021 pour apporter un soutien financier et technique aux entreprises appartenant à des femmes, dans les 54 pays africains y compris en RDC, en plus de fournir un accès accru aux réseaux commerciaux, aux chaînes d’approvisionnement et aux investissements en capital-risque.

En RDC, le développement de l’entrepreneuriat féminin est un potentiel encore très largement inexploité pour la croissance et la prospérité.

Par contre, Il faut souligner qu’en RDC United Bank for Africa Group joue un rôle très important, celui de force pour le développement par le biais d’investissements dans les infrastructures et en ouvrant la voie aux paiements et services transfrontaliers, dans le but d’encourager le commerce à travers la RDC .

Ainsi, dans son élan de booster l’économie Congolaise, La Banque offre des produits bancaires digitaux, aux PME et aux entrepreneurs pour créer un nouveau mode relationnel.

Voici quelques produits que la banque UBA RDC offre à ses partenaires, les entrepreneurs : Le banquier virtuel Leo, MAGIC BANKING, U-Collect, la carte prépayée et l’Application Mobile.

Dans un contexte évolutif de transition digitale, on observe que la grande majorité des projets digitaux engagés dans le secteur financier adresse principalement deux grands axes :

  1. Les relations B2C (paiement sans contact, PFM, objets connectés…)
  2. La digitalisation du point de vente (tablettes pour les conseillers, ibeacon, espaces médias…)

Or, les plus grands relais de croissance ne se cachent pas uniquement sur ce périmètre déjà bien maîtrisé… Le modèle relationnel B2B, entre d’un côté les établissements financiers et de l’autre les professionnels et PME, font aujourd’hui l’objet de peu d’initiatives et de médiatisation.

Le retard des PME Congolaises en matière de digital et de e-commerce, est une occasion pour la banque  UBA a développé davantage son action dans le digital afin d’ouvrir aux entrepreneurs plus opportunités liées à ce marché.

D’autres parts, UBA par cette initiative Application Drive, donne la possibilité et un accès facile à toutes les femmes entrepreneurs de postuler au programme de financement TEF 2021 pour l’autonomisation de la femme au travers de sa plateforme web www.tefconnect.com.

En général, les femmes entrepreneurs rencontrent des obstacles pour avoir accès au crédit ou à des réseaux liés au milieu des affaires. En voici quelques causes :

  • L’accès limité à une éducation de qualité nuit à l’intégration des femmes dans les secteurs des sciences, des technologies et de l’innovation, limitant ainsi leur potentiel de créer des projets innovants ;
  • La contribution des femmes aux activités productives est largement sous-évaluée et non reconnue. Il y a également un besoin pressant de faciliter la transition du secteur informel au secteur formel pour les femmes, qui ont une volonté de créer des entreprises dans certains domaines, principalement le développement durable ;
  • Le rôle économique des femmes est essentiel pour la croissance et pour une répartition plus équitable de la richesse. Les possibilités et les opportunités économiques pour les femmes sont aujourd’hui beaucoup plus importantes que pour la précédente génération spécifiquement pour le monde en développement. Les femmes jouent désormais un rôle vital dans les affaires économiques en tant qu’entrepreneur et contribuent directement à la croissance économique.

En effet, l’intérêt du TEF et de la banque UBA pour développer l’entrepreneuriat féminin et l’exploration des politiques de soutien à la participation des femmes au monde de l’entreprenariat ont récemment connu une floraison. De plus, le sous-développement de l’entrepreneuriat féminin représente un potentiel inexploité pour la croissance et la prospérité dans de nombreux pays. Grâce à des activités entrepreneuriales, les femmes créent des emplois, génèrent des revenus, participent au développement d’une autonomie économique et contribuent au développement durable.

Bien qu’il existe un besoin important de créer des conditions plus favorables pour le développement et le renforcement de l’entreprenariat féminin, des politiques mieux conçues et des mesures fortes, visant à accroître l’autonomisation des femmes, sont essentielles. Ainsi, il est important d’améliorer les points suivants : l’établissement d’un dialogue public-privé, l’amélioration de l’accès au crédit et aux services financiers pour l’entreprenariat féminin, la fourniture de meilleurs services publics pour l’amélioration d’un climat des affaires compétitives par genre quant à l’accès à l’information et aux marchés.

Actuellement, les discussions intergouvernementales sur les objectifs de développement durable offrent l’occasion de s’appuyer sur les enseignements tirés des Objectifs du Millénaire pour le développement. L’objectif 5 (sur le rôle des femmes) en cours de négociation vise les sous-objectifs suivants :

– promouvoir l’égalité pleine et effective des femmes, notamment pour le leadership à tous les niveaux de décisions dans la vie politique, économique et publique;

– Entreprendre des réformes pour donner aux femmes l’égalité des droits aux ressources économiques, ainsi que l’accès à la propriété, au contrôle foncier et à d’autres formes de propriété (services financiers, héritage, ressources naturelles) conformément aux lois nationales;

 – Améliorer l’utilisation des nouvelles technologies. En parallèle, la promotion de la femme a été incluse dans les impératifs d’autres objectifs de développement durable en cours de négociations tels que : la sécurité alimentaire, la pauvreté, l’agriculture durable, l’éducation, la gestion durable de l’eau et de l’assainissement, l’emploi productif et le travail décent, résilient et la promotion des villes durables ainsi que la lutte contre le changement climatique.

Pour se faire La Fondation Tony Elumelu et la Commission européenne sont fières de travailler la main dans la main pour libérer le potentiel dynamique des femmes entrepreneures africaines, catalysant directement la croissance économique de l’Afrique et contribuant à la prospérité et au développement social de l’Afrique. Le programme cofinancé par l’Union européenne, l’ Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OACPS) et le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), intensifiera les efforts de la Fondation en abordant directement certains des défis les plus endémiques auxquels sont confrontées les start-ups africaines – gaps en matière de compétences et de capacités, contraintes financières et manque d’accès au mentorat, aux réseaux et aux liens commerciaux.

Une fois le programme achevé, les entrepreneures resteront connectées avec leurs partenaires et entre elles grâce à leur adhésion à vie sur TEFConnect.  La TEF a mis en place des bureaux nationaux dans 54 pays africains pour soutenir les entrepreneurs à mesure qu’ils grandissent et développent leurs activités.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here