Accueil A L'AFFICHE RDC : Le Ministre de la Communication Patrick Muyaya face aux journalistes...

RDC : Le Ministre de la Communication Patrick Muyaya face aux journalistes au Press Club Brussels Europe

PARTAGER

Par Jean-Luc Mwamba

Le Press Club Brussels Europe, a reçu, sous la modération d’Erick Nyindu, chef de la presse présidentielle, Patrick Muyaya, Ministre congolais de l’information et Tharcisse Kasongo Mwema, porte-parole du Chef de l’Etat qui ont conjointement intervenu dans un point de presse sur la situation générale de la RD Congo en termes d’actualités.

C’est dans la zone quasiment bureaucrate de l’Union européenne à Bruxelles-Schuman où est  localisé le Press Club, que les thématiques suivantes ont été abordé : la situation sociale du pays, la liberté de la presse, le respect des droits de l’Homme, l’état d’urgence dans certaines provinces de l’Est, la situation de la CENI, ainsi que les acquis de la COP26 pour la RD Congo.

Ouvrant la série des réponses aux questions posées, le Ministre Patrick Muyaya, a martelé sur la détermination du Président Tshisekedi et du gouvernement, d’organiser les élections dans le timing constitutionnel en vue de stopper l’intoxication sur la question du glissement.

En ce qui concerne la question sécuritaire de l’est du pays, le Ministre de la communication a marqué son indignation face à ce qui s’est passé à Rutshuru « Nous vous tiendrons informer de l’évolution de l’information mais c’est une zone stratégique située dans la zone frontalière entre la République Démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda », il affirme également que « l’état de siège est un processus qui marque le début de la fin parce qu’à travers ce dernier il y’a un suivi plus étroit de cette situation instable à l’est du pays ».

Sur la question des conducteurs de la CENI, le ministre congolais de l’information a tenu à retracer l’historique ayant abouti au manque de consensus entre les confessions religieuses et s’est dit contre le discours de tribalisme diffusé derrière cette question tout en rappelant les responsabilités des uns et des autres tant au niveau des confessions religieuses que des politiques.  Sur la même question, le porte-parole du Chef de l’Etat, Tharcisse Kasongo renchérit en ces termes  « la charte qui régit les confessions religieuses en cette matière est très claire, autant on a parlé de consensus à défaut de consensus on passe au vote, autant cette même charte dit que lorsqu’on va procéder aux élections, c’est une voix par confession religieuse, que vous ayez 14 millions de fidèles, vous n’aviez qu’à pas signer la charte ! Puisque la charte vous dit qu’avec vos 14 millions de fidèles vous avez une voix, soit on signe et on exécute ce à quoi on a cru en signant, soit on signe pas du tout ».

Quant aux retombées de la COP26, le Ministre rappelle qu’au sortir de ces assises que la République Démocratique du Congo a été positionnée comme pays-solution et en a spécifié le rôle « Nous devons nous positionner dans notre rôle de pays-solution pour être sûr que nous fournissons au monde les ressources nécessaires pour régler les défis à mon avis le plus grand de l’humanité actuellement » a-t-il déclaré.

Une question en contexte du nouveau narratif a été posé par notre rédaction au Ministre Patrick Muyaya sur le message véhiculé par la chanson « Nini Tosali Te ? » du groupe MPR qui est très suivie et qui narre le désespoir  de la jeunesse congolaise face aux difficultés de la vie dans ce grand pays qu’est la RDC, à cette dernière, le porte-parole du gouvernement a répondu par un message d’adhésion « Je suis fan de musique et je défends bien les œuvres assez originales du groupe MPR, cette chanson s’inscrit dans la logique d’une jeunesse qui se plaint de la situation du pays et je fais partie de cette jeunesse » a t-il déclaré.

Mr. Jean-Luc Mwamba et Mme Odia en interview avec le Ministre Muyaya

 Il en a ressorti une orientation à la jeunesse « Dans ma compréhension, ceci ne veut pas dire ‘’Totika Kosala’’ traduit en français par ‘’ Nous devons arrêter de faire’’, ce n’est pas parce qu’on a fait hier et que ça n’a pas marché qu’on ne doit plus faire demain. Ce qu’il faut c’est de ne jamais renoncer ».

Ayant rejoint son collègue de la communication et médias, intervenant également en dernier essor sur la question du tourisme, le Ministre National du Tourisme, Modero Nsimba a invité les jeunes à entreprendre dans ce secteur en précisant que cet effort ouvrira la voie au financement de leurs projets.

Il a également précisé que la politique générale de gestion des parcs doit être réexaminé en l’occurrence le cas du parc de Virunga, qui en souffre «  le parc de Virunga est bénéficiaire d’un contrat de concession entre une ONG appelé Fondation Virunga et l’ICCN qui a représenté le gouvernement congolais malgré que ce contrat de gestion devait venir au conseil de ministre et avoir une approbation du gouvernement » a affirmé le numéro du tourisme national congolais.

Le Ministre National du Tourisme de la RDC, Modero Nsimba

Rappelons que le Ministre de la communication et médias, porte-parole du gouvernement, a accompagné le Chef de l’état Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo lors de ses récents déplacements à Glasgow, en Israël et à Rome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here